• La bobologie

    Les ongles.

    Il est indispensable de couper les ongles d’un chien qui ne se déplace pas suffisamment pour les user, car cela peut devenir très désagréable pour lui…

     

    Cependant faites attention à ne pas couper les ongles de votre animal trop courts.

    Il faut utiliser le bon matériel

     

    Certains propriétaires renoncent à couper eux-mêmes les ongles de leur animal et ils préfèrent confier la tâche à un vétérinaire.

     

    Si votre chien est suffisamment habitué à ce qu’on lui touche les pattes, vous pouvez lui couper les ongles vous-même. Dans ce cas-là il est impératif d’utiliser du bon matériel, inutile de se servir de votre propre coupe ongle !

     

    Sur internet et dans le commerce vous trouverez facilement des pinces adaptées que les vétérinaires et les toiletteurs utilisent.

     

     

    Bien couper sans risque de blessure

     

    Dans un premier temps il faut vérifier la longueur des ongles, qu’elle soit suffisamment longue pour pouvoir couper.

     

    Ensuite il faudra vérifier que sa patte est bien propre, puis observer la partie vivante de l’ongle afin de ne pas la couper, et rappelez vous que quelques millimètres suffisent.

    Que faire si je lui ai coupé les ongles trop courts ?

     

    C’est très douloureux pour un chien d’avoir les ongles coupés trop courts ! Et il est probable qu’il se mette à saigner…

     

    Ne vous inquiétez pas trop, à moins que votre chien présente un problème de coagulation (vous le sauriez déjà), son ongle s’arrêtera rapidement de saigner.

     

    Tout d’abord il faut faire pression sur la plaie, vous devez appuyer un chiffon propre sur l’ongle qui saigne.

     

    Dans un deuxième temps il faudra appliquer une compresse froide ou de la glace sur la blessure. Le refroidissement de la plaie permet d’accélérer la cicatrisation, cependant la plupart des chiens n’apprécieront pas cette sensation, ce qui pourra rendre la tâche difficile.

     

    Par la suite il faudra appliquer une poudre styptique, on en trouve plusieurs sortes en magasin. Elle est parfaitement adaptée pour une plaie due à un ongle coupé trop court.

     

    En dernier lieu, faites un bandage afin de protéger la plaie de votre animal, il faudra envelopper la patte entière et pas seulement l’endroit de la blessure.

     

    Il faut que le bandage soit suffisamment ajusté pour ne pas qu’il glisse quand le chien se déplace, mais il ne faut pas qu’il soit trop serré non plus, pour son confort et pour une bonne circulation du sang.

     

    Votre chien se souviendra certainement de la douleur, et il sera peut-être un peu plus difficile de gagner sa confiance la prochaine fois que vous décidez de lui couper les ongles…

     

    La bobologie

     

    Abcès du chien .

    L’abcès est une infection très courante chez le chien. Il peut être causé par une blessure ou une allergie. En pratique, c’est une accumulation de pus dans une poche. Il s’agit la plupart du temps d’une réaction de l’organisme contre un corps étranger.

    Quels sont les symptômes à vérifier ?

    Il existe 2 types d’abcès : les abcès superficiels et les abcès profonds.

    L’abcès superficiel est très facile à détecter. Lorsque vous brossez ou caressez votre chien, soyez toujours à l’affût d’une anomalie. Vous sentez une grosseur souvent chaude et rouge. Parfois, cette grosseur est recouverte d’une croûte. Votre chien grogne ou gémit lorsque vous touchez cette zone.  N’appuyez surtout pas dessus, vous pourriez vous faire mordre où cela pourrait aggraver l’abcès. Dans un état plus avancé, du pus peut s’écouler, dégageant une très mauvaise odeur. On trouve généralement les abcès aux endroits de morsures lors de bagarres, autour du cou, de l’oreille ou des flancs. Il arrive souvent d’en trouver sur les pattes également. Parfois, les abcès se logent dans la zone anale. Dans ce cas, votre chien se lèche et frotte son derrière sur le sol.

    Dans le cas d’un abcès profond, celui-ci n’est pas visible il faut donc être vigilant. Votre chien va présenter des symptômes de maladie : fièvre, abattement, perte d’appétit… Vous pourrez peut-être voir une petite lésion par laquelle est entré le corps étranger, mais ce n’est pas toujours le cas.

    Les bons gestes pour soigner un abcès

    Dans le cas d’un abcès profond, prenez rendez-vous chez votre vétérinaire, car les symptômes montrent un réel mal-

    oins.être de votre animal et des complications peuvent subvenir avec une infection généralisée, une insuffisance rénale voire un choc septique.

    Pour un abcès superficiel, ne percez pas la poche de pus. Vous risqueriez de vous faire mordre. En outre, il s’agit peut-être d’autre chose, comme une tumeur par exemple. Commencez par couper les poils autour de la zone et désinfectez deux fois par jour. Tant que votre chien ne présente pas de signes de souffrance ou de fièvre, continuez à désinfecter régulièrement, le pus va finir par s’écouler et la blessure va se soigner d’elle-même.

    Pour soulager votre animal, vous pouvez également appliquer une goutte d’huile essentielle de lavande véritable 3 fois par jour sur l’abcès. Si votre meilleur ami se plaint ou si sa température corporelle augmente, consultez votre vétérinaire pour qu’il mette en place un traitement.

    La bobologie

  •  

    Un vétérinaire nous présente les 10 signes critiques indicateurs de la présence d’un cancer chez votre chien.

    Nous détestons nous dire que nos toutous peuvent tomber malades, mais il est essentiel de s’assurer qu’ils soient en pleine forme, et pour cela, il est préférable de s’éduquer au maximum. Tout le monde sait que plus vite un cancer est identifié et diagnostiqué, et plus il y aura de chances de le combattre, et de prolonger la vie de votre chien. Bien que des visites annuelles chez le vétérinaire soient importantes, une année est un temps bien trop long lorsque l’on parle du cancer. Les chiens sont susceptibles de souffrir des mêmes types de cancers que les humains, mais ils peuvent se développer bien plus vite.

    Quel que soit l’âge de votre chien, prenez de l’avance en cherchant les signes indicateurs d’un cancer chez votre chien. Le Dr. Kelly Ryan, DVM à l’Animal Medical Center of Mid-America and Humane Society of Missouri, se fie à ces 10 signes indicateurs, qu’un maître devrait connaître par cœur. Si vous remarquez l’un de ces symptômes chez votre toutou, alors rendez-vous vite chez votre vétérinaire.

    Odeurs inhabituelles

    Bien que l’« haleine de chien » soit quelque chose de très commun, si vous remarquez des odeurs pestilentielles en provenance de la gueule, du museau ou de l’anus de votre chien, cela peut-être dû à une tumeur.

    Des boutons ou des masses sur ou sous la peau

    Prenez l’habitude de vérifier la peau de votre animal une fois par mois. N’oubliez pas de vérifier derrière ses oreilles, et autour de sa tête. Même si vous ne trouvez qu’une toute petite bosse, un cancer peut se développer très vite. Ce type de bosse ne devrait pas être ignoré. Si elle se met à saigner, ou à suinter, alors rendez-vous tout de suite chez le vétérinaire.

    Le cancer

     


  • Mon chien a la diarrhée

    Les chiens sont des animaux émotifs qui aiment jouer et qui peuvent manger tout un tas d’aliments trouvés par terre. Pour ces raisons, ils sont particulièrement sensibles aux diarrhées. Le rôle d’un bon maître est de rester attentif aux troubles de son animal.

    Quels symptômes .

    Votre chien a des selles fréquentes et molles, voire liquides ? Il n’y a aucun doute, il a la diarrhée. Il peut s’agir d’une réaction bénigne qui se traite en quelques jours.

    Le chien est très sensible au stress. Un voyage en voiture, l’absence de son maître, une sortie imprévue, voici des causes répandues de diarrhée.

    Cela ne dure pas et le chien ne manifeste aucun abattement ou inconfort. Il se peut également qu’il ait été en contact avec un parasite intestinal ou qu’il ait absorbé un aliment qui ne lui convenait pas.

    Comment réagir .

    En cas de diarrhée bénigne, des gestes simples sont à adopter. La diarrhée est une réaction naturelle du corps pour éliminer les toxines présentes dans le corps. S’il rejette constamment ce qu’il contient, mieux vaut ne pas tenter de le remplir.

    Privilégiez l’eau ou le bouillon, car votre chien risque de se déshydrater. Vous pouvez, dans un premier temps, offrir à boire à votre chien l’eau de cuisson du riz. Ensuite, introduisez une bouillie en faisant cuire une poignée de riz dans beaucoup d’eau pendant 30 minutes. Vous obtiendrez une bouillie bénéfique pour son système digestif. Le lendemain, servez-lui seulement la moitié de ses repas habituels avec du riz et des carottes cuites.

    En revanche, si votre chien a de la fièvre, qu’il présente des signes de faiblesse et qu’il manque d’appétit, vous devez vous inquiéter. Il peut s’agir d’une malade importante, virale ou bactérienne, qu’il faut traiter au plus vite. Consultez rapidement votre vétérinaire.

    Trucs et astuces.

    Pour éviter les diarrhées fréquentes chez votre chien, surveillez son alimentation et ne lui donnez pas les restes de votre repas. Votre chien a des rations précises appropriées à sa race et sa corpulence.

    Apprenez-lui également à ne pas manger tout ce qui traîne. D’autre part, pensez à lui donner régulièrement des vermifuges pour éviter aux parasites intestinaux de s’introduire dans son système.

    N’oubliez pas que votre vétérinaire est le mieux placé pour vous donner des conseils concernant votre chien.

    Mon chien a la diarrhée


  • Mon chien est un glouton est-ce grave.

    Chez certains chiens, la gamelle est engloutie en quelques secondes sans même qu’il ne prenne le temps de mâcher. En moins de temps qu’il ne faut pour le dire, il gobe tout le contenu de son écuelle à la manière d’un aspirateur. Est-ce normal ? Est-ce que cela pose problème .

    La gloutonnerie est une attitude naturelle chez le chien. En effet, chez les ancêtres des chiens qui vivaient en meute, ce sont les chiens « dominants » qui mangeaient en premier et les « dominés » se partageaient ensuite ce qu’il restait en se dépêchant d’engloutir les reliefs du repas des « dominants ». En effet, plus ces derniers mangeaient vite et plus ils avaient de chances de manger à leur faim et donc d’être rassasiés. Certains « dominés » engloutissaient même le plus rapidement possible leur repas pour le régurgiter ensuite plus loin, à l’écart de la meute où ils pourront prendre le temps de savourer… leur vomi. Vous l’aurez donc compris, la gloutonnerie chez le chien est donc ancestralement lié à leur instinct de survie.

    Manger trop vite n’est pas sans conséquences sur la santé.

    Seulement, le fait d’avaler trop vite peut quelquefois poser des problèmes de santé chez le chien. Ce n’est pas systématique mais cela peut néanmoins occasionner des problèmes digestifs causés par l’air avalé en trop grande quantité en même temps que la ration. Ces problèmes peuvent être de gravité variable.

    Le fait d’avaler tout rond prive le chien de la mastication, cette étape est importante pour maintenir une bonne santé bucco-dentaire chez votre chien car le « frottement » des aliments secs comme des croquettes sur les dents ralentit la formation de tartre. La mastication est également cruciale dans le processus de digestion où les aliments sont imprégnés de salive contenant des enzymes qui commencent à dégrader l’aliment. L’absence de mastication est donc souvent synonyme de mauvaise digestion et peut se traduire par des vomissements ou des ballonnements gênants pour le bien-être de votre chien.

    Plus grave, une trop grande quantité d’air ingérée peut conduire également à un retournement de l’estomac. Plus fréquent chez les grands chiens, cette torsion est une urgence vétérinaire absolue qui peut malheureusement se solder par la mort de votre compagnon si elle n’est pas prise en charge à temps.

     Peut-être pourriez-vous investir dans une gamelle anti-glouton. Cette gamelle présente des « obstacles » en son fond obligeant ainsi votre chien à manger moins vite. Dans une version « Do It Yourself », vous pouvez également placer une balle ou une boule de pétanque dans le fond de sa gamelle pour ralentir la prise de nourriture.

    Enfin, il existe d’autres méthodes basées sur l’éducation plus longue mais plus efficaces consistant à retirer la gamelle de votre chien quand celui-ci se précipite pour l’engloutir et à ne lui redonner que lorsqu’il se calme. Mais attention de ne pas transformer le repas en moment de stress pour votre animal !

    Mon chien est un glouton


  • Mon chien a le ventre qui gargouille

     

    A quoi sont dus les gargouillis de ventre chez un chien et comment y remédier .

    Des bruits digestifs qu’on appelle borborygmes.

    On appelle borborygmes les bruits que font les intestins et/ou l’estomac lors de la digestion, ces gargouillis ou ces grondements que l’on entend parfois en provenance du ventre d’un chien.

    Ces bruits proviennent du déplacement des gaz, présents dans le tractus digestif de l’animal sous l’action du péristaltisme intestinal.

    La présence de ces gaz à deux origines possibles :

    • l’aérophagie, c’est-à-dire l’absorption d’air par la gueule de l’animal
    • la production de gaz par la dégradation des aliments grâce aux bactéries dans l’intestin.

    Cette présence de gaz est donc tout à fait normale et s’élimine naturellement par diffusion dans le sang, absorption par les bactéries intestinale ou par un passage via le rectum ou l’œsophage.

    Mais il arrive, dans certains cas que la production de gaz soit telle qu’elle provoque des bruits intestinaux, les fameux gargouillis qui peuvent être accompagnés de flatulence (pêts !), de rots voire d’un ventre ballonné.

    Gargouillis chez le chien . causes et solutions

    Les gargouillis de ventre ou borborygmes peuvent être entendus parce que :

    Votre chien a faim

    Quand le dernier repas de votre chien a été entièrement digéré, il ne reste plus dans son estomac que des gaz et de l’air. Lorsque son estomac se contracte, le gaz qui y est présent va alors être comprimé, ce qui rend ces contractions beaucoup plus sonores…

    Pour faire cesser ces bruits, il suffira simplement de nourrir votre chien. L’estomac rempli se contractera toujours mais les bruits des contractions seront bien atténués par les aliments, comme étouffés par un oreiller.

    Votre chien a avalé trop d’air

    Un chien peut avaler de l’air ,s’il respire fortement lors d’un exercice physique intense ou en cas de stress,

    Pour réduire l’état de stress d’un chien lors d’une visite chez le vétérinaire ou en réaction à des bruits qui l’effraient (pétards, feux d’artifices…) et l’aérophagie qui peut s’en suivre, il est possible d’avoir recours à des remèdes naturels qui contribueront à l’apaiser. L’extrait phytostandard de valériane à raison de 3ml par jour et par 10kg de poids corporel (avec un maximum de 5ml quel que soit le poids du chien) peut être bénéfique en cas de stress connu et ponctuel. Il suffit alors d’administrer l’extrait à votre chien 5 jours avant l’événement stressant. Ce remède naturel est en revanche à éviter chez les femelles gestantes ou allaitantes ainsi que chez les chiots.

    Si le stress de votre chien est chronique, il faudra en revanche faire appel à un professionnel du comportement canin ou un vétérinaire comportementaliste pour en venir à bout,ou s’il mange trop vite.

    Certains chiens sont d’ailleurs si gloutons qu’ils ont parfois tendance à gober le contenu de leur gamelle en quelques fractions de seconde…en avalant trop d’air au passage. En plus des problèmes d’aérophagie que cela créé, le fait de manger trop vite peut favoriser la survenue des problèmes de santé bien plus sérieux comme la formation de tartre, faute de mastication suffisante, ou un retournement de l'estomac. Pour ralentir le rythme des repas de votre chien.!

    Des chiens prédisposés à avaler de l’air en grande quantité

    Certaines races de chien à face courte et aplatie dits brachycéphales avalent de l’air même en dehors des repas en raison de leur difficulté à respirer par le nez. C’est le cas des CarlinBouledogues françaisBulldog AnglaisPékinois ou Boxer qui sont d’ailleurs bien connus pour leurs problèmes de flatulences. Chez ces chiens, une intervention chirurgicale visant à corriger la fermeture naturelle de leurs narines et à réduire la du voile de leur palais peut aider à résoudre le problème.

    Votre chien ne digère pas bien

    Une production excessive de gaz dans le tube digestif à l’origine de gargouillis peut trouver son origine dans une alimentation que votre chien a des difficultés à digérer. Alimentation inadaptée, consommation de restes de tables ou d’aliments gazogènes…peuvent expliquer gargouillis mais aussi pets, éructations et même problèmes de selles molles.

    L’un des problèmes les plus courants repose sur la consommation par les chiens de croquettes bas-de-gamme trop riches en céréales (et donc en amidon) et trop pauvres en protéines de bonne qualité (et donc riches en collagène, une protéine de mauvaise qualité). Bien que le chien ait acquis la capacité de digérer l’amidon au cours de son évolution, cette capacité reste bien inférieure à la nôtre si bien qu’une alimentation qui en est trop riche provoque les désordres digestifs dont nous parlons ici !

    Le meilleur des remèdes est donc d’adapter le régime alimentaire de votre chien en troquant les croquettes bas de gamme par des croquettes de bonne qualité, en évitant de lui donner les restes de table et en limitant les friandises riches en collagène os en peau de buffle ou les oreilles de porcs séchées.

    Si votre chien est nourri avec une ration ménagère, veillez à la qualité des aliments que vous lui donnez. Bannissez de sa gamelle les viandes tendineuses, trop riches en collagène. Augmentez la digestibilité de ses repas en misant sur les sources de protéines les plus digestes pour lui : l’agneau, le poisson, la viande blanche, le foie et les œufs. Complétez sa ration par du riz : il s’agit de la source d’amidon la mieux tolérée par le chien. Veillez cependant à bien le faire cuire avant de le donner à votre chien.

    Changement d’alimentation ? Pratiquez la transition alimentaire …

    Si vous devez changer l’alimentation de votre chien, prenez soin de faire la transition sur une quinzaine de jours afin que son système digestif puisse bien s’habituer aux nouveaux aliments. Sans cela, vous ne feriez que renforcer ses problèmes digestifs et votre chien en serait quitte pour une grosse diarrhée. Pour mener au mieux la transition alimentaire, mélangez 14/15ème de l’ancien aliment avec 1/15ème du nouveau le premier jour, puis 13/15ème de l’ancien et 2/15è du nouveau le deuxième jour, et ainsi de suite…

    On peut aussi tenter d’optimiser la composition et la qualité de la flore intestinale du chien, son microbiote, pour favoriser une meilleure digestion et limiter la formation de gaz bruyants et parfois odorants !  Pour ce faire, il est possible d’administrer à son chien des compléments alimentaires à base de probiotiques et/ou de prébiotiques.

    Des remèdes issus de l’aromathérapie comme l’huile essentielle de cannelle de Ceylan peut aussi aider le tractus intestinal du chien à de débarrasser des « mauvaises » bactéries qui le peuplent et à faire de la place aux bonnes.  Mais attention, cette huile essentielle ne doit être administrée pure mais diluée dans du miel ou dans une huile végétale (10% d’huile essentielle dans de l’huile végétale). La posologie est d’une goutte/jour pour les chiens de 10 à 20kg et de 2 gouttes/jour pour les chiens de 35 à 45kg. Pour les chiens dont le poids est inférieur à 10kg, mélangez une goutte dans une cuillère à café de miel, mélangez bien et n’administrez que la moitié de la cuillère au chien. Ce remède est formellement contre-indiqué chez les chiots, aux femelles gestantes ou allaitantes.

    Votre chien a une maladie digestive

    Les borborygmes chez le chien peuvent aussi être un des signes cliniques associé à une affection digestive.

    Intoxication, présence de parasites intestinauxinsuffisance pancréatique exocrinesyndrome de prolifération bactérienne de l’intestin grêle, maladie inflammatoire de l’intestin, gastro-entérite…font partie de la liste (non exhaustive !) des maladies pouvant causer les fameux gargouillis.

    Généralement, ces affections plus sérieuses sont accompagnées d’autres symptômes auxquels il vous faudra être attentif. Elles justifient bien évidemment une consultation chez le vétérinaire dans les plus brefs délais.

    Le ventre qui gargouille


  • L’hypothyroïdie chez le chien.

     

    L’hypothyroïdie est la maladie hormonale la plus courante chez le chien.

    Elle provoque des symptômes variés et variables d’un chien à l’autre si bien qu’elle n’est pas toujours facile à diagnostiquer. On vous explique ce qu’est l’hypothyroïdie et comment elle se soigne chez le chien.

    Qu’est-ce que l’hypothyroïdie .

    L’hypothyroïdie est une maladie endocrinienne due à un taux d’hormones thyroïdiennes trop bas dans le sang.

    Ces hormones sont fabriquées par la thyroïde, une glande endocrine située dans le cou. Il en existe deux types : la T4 ou thyroxine et la T3 ou triiodothyronine.

    C’est en réalité la T3 qui est l’hormone pleinement active. Elle est fabriquée à partir de la T4. Son action est indispensable au bon fonctionnement de l’organisme tout entier car elle intervient dans de nombreux métabolismes : croissance, régulation de la température corporelle, maturation du système nerveux central, métabolisme des nutriments etc. La T4 n’est pas seulement le précurseur de la T3 : elle joue entre autres un rôle dans la libération de sérotonine dans le cerveau. Ce neurotransmetteur est notamment impliqué dans la régulation de l’humeur.

    Lorsque les taux sanguins d’hormones thyroïdiennes diminuent, l’hypophyse, une autre glande située à la base du cerveau, stimule la thyroïde via la sécrétion d’une hormone hypophysaire appelée la TSH ou thyréostimuline. L’hypophyse est elle-même stimulée par la TRH ou hormone thyréotrope, synthétisée par l’hypothalamus, une autre glande située dans le cerveau. A l’inverse, lorsque les concentrations sanguines de T3 et T4 sont suffisantes, elles font diminuer les quantités de TRH et de TSH sécrétées. Ces mécanismes de régulation permettent physiologiquement d’adapter les quantités d’hormones thyroïdiennes fabriquées par la thyroïde en fonction des besoins de l’organisme.

     

    Les rôles cruciaux de la T3 et de la T4 expliquent donc qu’une baisse de leurs concentrations sanguines en cas d’hypothyroïdie, on observe de nombreux dérèglements physiques et comportementaux. L’hypothyroïdie est en effet une maladie systémique, qui touche l’ensemble des organes.

    Différentes formes d’hypothyroïdie chez le chien.

    Il existe plusieurs formes d’hypothyroïdie, en fonction de leur origine :

    L’hypothyroïdie primaire.

    L’hypothyroïdie primaire désigne un défaut de production d’hormones thyroïdiennescausé par un dysfonctionnement de la glande thyroïde.

    Dans la plupart des cas, elle résulte de la destruction progressive de la glande thyroïde par les propres anticorps du chien. Cette forme d’hypothyroïdie auto-immune, également appelée thyroïdite lymphocytaire, est similaire à la thyroïdite de Hashimoto décrite chez l’Homme. La destruction de la glande se met en place progressivement chez le chien, en 1 à 3 ans, sans symptômes perceptibles avant que ceux de l’hypothyroïdie se manifestent. Malheureusement ces signes apparaissent lorsque la plus grande partie de la thyroïde est détruite de façon irréversible.

    D’autres hypothyroïdies primaires sont dites idiopathiques : les cellules fonctionnelles de la tyroïde sont alors progressivement remplacées par des cellules graisseuses sans que la cause de cette atrophie soit réellement connue.

    Enfin, il existe également des hypothyroïdies primaires congénitales, présentes dès la naissance.

    Les hypothyroïdies secondaires et tertiaires.

    Les hypothyroïdies secondaires et tertiaires ne proviennent pas d’un dysfonctionnement de la thyroïde mais trouvent leurs causes dans un défaut de sécrétion de TSH par l’hypophyse (secondaire) ou de TRH par l’hypothalamus (tertiaire). Les causes peuvent être des malformations congénitales, la présence d’une tumeur ou bien encore une inhibition de la sécrétion d’hormone secondaire à une autres maladies. Les hypothyroïdies secondaires et tertiaires sont beaucoup plus rares chez le chien.

    Les hypothyroïdies causées par des tumeurs de la thyroïde.

    Une hypothyroïdie peut également être consécutive à une tumeur de la thyroïde. Dans ce cas, la tumeur envahit et détruit les cellules thyroïdiennes responsables de la sécrétion d’hormones.

    Les symptômes de l’hypothyroïdie chez le chien.

    Comme les hormones thyroïdiennes agissent sur de nombreux organes, les symptômes de l’hypothyroïdie sont nombreux, variés et variables d’un chien à l’autre. Ils sont à la fois d’ordre physique et comportementaux.

    Les symptômes physiques de l’hypothyroïdie chez le chien.

    Les symptômes de l’hypothyroïdie sont communs à un ralentissement global du métabolisme du chien qui se manifestent par les signes cliniques suivants :de la fatigue, une grande apathie et une tolérance à l’effort diminuée,une prise de poids et cela, en dépit d’un appétit parfois diminué,une modification de l’appétit à la baisse ou à la hausse,des troubles digestifs comme des diarrhées ou des vomissements,une baisse de la fertilité,un ralentissement du rythme cardiaque (bradycardie),des boiteries et/ou des crampes,des dépôts de cholestérol dans la cornée,des problèmes de peau et un pelage clairsemé,

    Certains chiens atteints d’hypothyroïdie peuvent ne présenter qu’une petite partie des symptômes évoqués ci-dessus.

    Les chiots atteints d’hypothyroïdie congénitale présentent quant à eux des troubles du développement cérébral et de la croissance.

    Les symptômes comportementaux de l’hypothyroïdie chez le chien.

    L’hypothyroïdie peut également être à l’origine de modifications comportementales chez le chien. Ainsi, un chien hypothyroïdien peut souffrir :de dépression récalcitrante à tout traitement psychotrope,de courtes périodes d’hyperactivité pendant lesquelles le chien est en état d’hypervigilance, à la fois excité et anxieux comme s’il était sur le qui-vive,de phobies apparues sans explications, en réaction à des choses anodines de son quotidien,d’agressivité, qui se manifeste surtout quand on souhaite le toucher ou lorsque l’on importune dans son lieu de repos.

    Il est établi que certaines races présentent une prédisposition à l’hypothyroïdie comme le Golden retriever mais aujourd’hui la maladie touche de plus en plus de chiens, quelle que soit leur race. La maladie se manifeste habituellement entre l’âge de 3 à 8 ans et touche indifféremment les mâles et les femelles.

    Le diagnostic de l’hypothyroïdie canine.

    Le diagnostic de l’hypothyroïdie n’est pas facile à établir pour plusieurs raisons :les symptômes de l’hypothyroïdie sont souvent non spécifiques. En d’autres termes, ils pourraient être attribués à de nombreuses autres maladies. Ils sont en plus très variés et hétérogènes d’un chien malade à l’autre.Les taux d’hormones thyroïdiennes sanguins sont très fluctuants au cours d’une même journée, ce qui peut fausser les résultats des examens sanguins pratiqués par le vétérinaire pour poser son diagnostic.

    Le diagnostic d’une hypothyroïdie repose :sur la réalisation d’une prise de sang dans laquelle on dose la T4, la TSH, et souvent le cholestérol. En cas d’hypothyroïdie, la T4 devrait être normale à basse, la TSH normale à élevée et le cholestérol élevé. Le grand nombre de résultats faux négatifs chez le chien ne permet pas toujours à la première prise de sang d’écarter l’hypothèse de l’hypothyroïdie avec certitude et explique qu’il est souvent nécessaire de pratiquer plusieurs analyses.parfois sur des examens d’imagerie,sur un constat thérapeutique. Le traitement de l’hypothyroïdie est dépourvu d’effets secondaires chez le chien. En cas de suspicion d’hypothyroïdie non confirmée par les analyses, le vétérinaire peut donc choisir d’administrer ce traitement au chien et d’observer, dans les deux à quatre semaines qui suivent, si ses symptômes s’atténuent.

    Le traitement de l’hypothyroïdie du chien.

    Le traitement consiste à administrer des hormones thyroïdiennes de synthèse au chien malade.

    La dose de médicament est calculée en fonction du poids du chien et adaptée par la suite en fonction de la réponse au traitement et des résultats des prises de sang de suivi.

    Il doit être administré à vie, en une à deux prises par jour, de préférence un quart d’heure ou une demi-heure minimum avant le repas afin d’augmenter l’efficacité de son absorption.

    La disparition des symptômes est longue et graduelle.

    Même bien traitée et stabilisée, l’hypothyroïdie nécessite un suivi vétérinaire et des prises de sang régulières qui peut justifier la souscription d’une assurance santé.

    L’hypothyroïdie





    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique