• La grossesse nerveuse.

    LA GROSSESSE NERVEUSE CHEZ LA CHIENNE
    La grossesse nerveuse, contrairement à ce que l’on peut croire, n’est pas une pathologie. Dans une meute, il s’agirait même d’un mécanisme naturel pour allaiter des chiots que la véritable mère ne serait pas en mesure de nourrir (chiots orphelins ou trop nombreux dans la portée).
    La grossesse nerveuse est le nom courant que l’on donne à la lactation de pseudogestation. On parle aussi parfois de lactation nerveuse ou de pseudocyèse. Elle se caractérise par un développement mammaire, la mise en place d’une lactation alors même que la chienne n’attend aucun petit ainsi que des changements comportementaux.
    De nerveuse, cette « pseudo gestation » n’en a que le nom. En réalité, la lactation de pseudogestation n’a aucune origine nerveuse mais des causes hormonales. Elle est liée à la chute de progestérone par le corps jaune en fin de metœstrus, la phase lutéale du cycle sexuel de la chienne.
    La grossesse nerveuse est un phénomène assez courant chez les chiennes non stérilisées puisqu’elle concerne 50 à 64% d’entre elles.
    Le saviez-vous ?
    Selon certains auteurs, la grossesse nerveuse serait une réaction physiologique ancestrale de la chienne, liée à l’époque où les chiens sauvages vivaient en groupes. Dans une meute, la lactation nerveuse était un mécanisme naturel qui permettait aux chiennes d’aider les autres femelles à nourrir leurs petits. Chez les chiennes vivant en collectivité, on remarque d’ailleurs toujours une synchronisation des chaleurs.
    Grossesse nerveuse : quels sont les signes ?
    La grossesse nerveuse survient le plus souvent entre 1,5 et 3 mois après les chaleurs de la chienne.
    Lors d’une grossesse nerveuse, on peut observer des changements de comportement chez la chienne. Elle semble plus nerveuse, devient collante et réclame beaucoup d’affection auprès de ses maîtres ou, au contraire, s’isole de plus en plus. Souvent, son appétit peut diminuer jusqu’au refus de s’alimenter (anorexie). La femelle peut également lécher avec insistance ses mamelles et/ou sa vulve. Certaines cherchent des objets comme des peluches qu’elles emmènent dans leur panier qui leur sert de «nid» et maternent ces objets comme s’il s’agissait de leurs petits.
    D’un point de vue physique, on observe un gonflement des mamelles, une montée de lait et un gain de poids. Plus rarement, la chienne peut aussi présenter une distension abdominale, des vomissements, de la diarrhée, une augmentation de l’appétit ou une polyuro-polydypsie (la chienne boit et urine beaucoup).
    Grossesse nerveuse : quel est le risque ?
    Des grossesses nerveuses à répétition pourraient cependant augmenter le risque de survenue de tumeurs mammaires et ce risque devient significatif au-delà de 3 épisodes de lactation de pseudogestation.
    Les montées de lait peuvent aussi favoriser la survenue de mammite.
    Pour ces raisons, il est conseillé de consulter un vétérinaire lorsque vous suspectez une grossesse nerveuse chez votre chienne.
    Même si tout revient spontanément à la normale en 2 à 4 semaines, il est en effet toujours conseillé de mettre en place un traitement pour éviter les récidives lors des cycles suivants.
    Quel traitement pour une lactation de pseudo-gestation ?
    Il est conseillé aux propriétaires des chiennes :
    d’empêcher la chienne de materner ses jouets ou ses peluches en lui proposant des promenades fréquentes et/ou des jeux et en éloignant les objets qu’elle a tendance « à couver »,
    de ne pas toucher ses mamelles afin de ne pas stimuler davantage la lactation,
    de faire porter une collerette à la chienne afin d’éviter qu’elle ne lèche ses mamelles (ce qui stimule la lactation).
    Une diète hydrique de 24 heures peut parfois suffire à stopper la lactation. Cependant, il est fortement déconseillé de priver votre chienne d’eau sans recueillir l’avis de votre vétérinaire au préalable.
    Le mieux reste cependant de consulter un vétérinaire lorsque vous suspectez une grossesse nerveuse chez votre chienne afin qu’il mette en place un traitement qui permettra de stopper rapidement la lactation. Ce traitement repose sur l’administration d’un traitement hormonal à base de progestagènes ou d’anti-prolactiniques.
    Afin d’éviter les récidives, votre vétérinaire pourra recommander une stérilisation par ovariectomie. L’intervention ne pourra cependant pas avoir lieu avant que la chienne ne soit complètement tarie.
    Merci de me lire et de partager.
    L’image contient peut-être : 1 personne, chien, arbre, herbe, plein air et nature
     
     
     
    « Soyez vigilant....La grosse déprime. »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :