• L'intoxication par le chocolat chez le chien

     

     

    Votre chien ne doit pas avoir accès à des boîtes

    de chocolat

    La fréquence des intoxications du chien par le chocolat est plus importante pendant la période des fêtes de fin d'année. Il existe aussi une augmentation des cas d'intoxication recensés par les Centres Antipoisons Vétérinaires à Pâques.
    Quels sont les risques, quels symptômes doivent vous alerter et que faire ?

     

     

    La toxicité du chocolat

    Vous êtes nombreux à donner de temps en temps un petit carré de chocolat à votre chien pour

    lui faire plaisir et sans que cela ne provoque d'intoxication. Malheureusement le chocolat n'est

    pas bon pour les carnivores domestiques. Il contient en effet un alcaloïde, la théobromine,

    qui est toxique pour eux.

    Le chocolat noir est plus riche en théobromine que le chocolat au lait ou la cacao en poudre. Le chocolat blanc par contre ne présente aucune toxicité.

    Les races brachycéphales comme les bouledogues français, les bull-dog anglais, le boxer ou le carlin seraient plus sensibles à l'intoxication par le chocolat, probablement du fait de leur prédisposition

    aux problèmes cardiaques et respiratoires.

    A titre indicatif, une tablette de 200 grammes de chocolat noir peut tuer un chien de petite race.

    Si votre chien a mangé du chocolat, voici un outil simple pour vérifier les risques : calculateur de toxicité chocolat pour les chiens.

    Les symptômes

    Les premiers signes apparaissent souvent quelques heures après l'ingestion.

    • Les symptômes digestifs : La théobromine provoque chez le chien une irritation de l'estomac avec une augmentation de la sécrétion de sucs gastriques. Le chien peut alors présenter des troubles digestifs comme des vomissements ou de la diarrhée. A long terme, l'augmentation des sécrétions gastriques peut donner un ulcère de l'estomac.

    Si le chien consomme une grande quantité de chocolat, la théobromine va passer dans le sang et les signes nerveux et cardiaques vont apparaître.

    • Les symptômes nerveux : Le chien est nerveux, agité et il peut présenter des tremblements. Dans les cas graves, le chien peut avoir des convulsions puis sombrer dans le coma et mourir.
    • Les symptômes cardiaques : La théobromine est responsable de troubles du rythme cardiaque
    • de l'animal. Le chien peut présenter une accélération du rythme cardiaque (ou tachycardie) ou des contractions anormales du cœur appelées extra-systoles.
    • Les autres symptômes : Souvent le chien a une respiration plus rapide et halète.
    • La théobromine a aussi une action diurétique. De ce fait, le chien boit plus et urine plus.
    • Lors d'une intoxication aigüe par ingestion d'une forte quantité de chocolat, la mort
    • peut survenir en 6 à 24 heures. Dans les cas d'intoxication chronique, pour un chien
    • qui consomme du chocolat plusieurs jours de suite, l'animal peut présenter une insuffisance cardiaque progressive.

     

    Le traitement

    Il n'existe aucune antidote à la théobromine mais le vétérinaire pourra mettre en place

    un traitement symptomatique.

    Si votre chien ingère une grande quantité de chocolat, il faut l'emmener en urgence

    chez votre vétérinaire qui pourra mettre en place le traitement adapté.

    La rapidité de la mise en place des soins influe sur le pronostic.

    Si votre chien a consommé plusieurs jours de suite du chocolat, il est souhaitable de consulter le vétérinaire qui pourra vous dire si le cœur présente ou non des troubles. Le traitement va tenter de limiter l'absorption intestinale de la théobromine contenue dans le chocolat. C'est pourquoi votre chien doit aller voir le vétérinaire après l'ingestion du chocolat. Si les premiers signes nerveux sont apparus, votre vétérinaire pourra utiliser des médicaments pour limiter les convulsions.

    La théobromine est difficilement éliminée par l'organisme du chien, ceci explique que la surveillance par le vétérinaire de l'animal intoxiqué est souvent longue.

     

    La prévention

    Lors des fêtes de fin d'année et de Pâques, vous devez être particulièrement vigilants. Votre chien ne doit pas avoir accès à des décorations en chocolat ou à des boîtes de chocolat oubliées par mégarde dans un coin. Vous devez également dire à vos invités et aux enfants de ne pas donner un petit chocolat à votre chien même s'il réclame.
    Si plusieurs personnes donnent chacune l'équivalent d'un carré de chocolat noir à votre chien, ce dernier risque fort d'être malade.
    Si vous préparez vous-mêmes des desserts au chocolat, il ne faut pas que votre chien puisse les manger en votre absence.

    Le chocolat et nos loulous


    8 commentaires
  • http://www.30millionsdamis.fr/conseils/conseil/6000-eviter-les-petits-desagrements-du-printemps/

    L’arrivée du printemps ravit les maîtres, mais pas forcément leurs compagnons à poils. La remontée des températures s’accompagne inévitablement de la réapparition des puces, qui connaissent un pic de recrudescence à cette période. La tique profite elle aussi du retour de la chaleur pour empoisonner la vie de votre animal.

    Les précautions sont donc de mise : les animaux vivant principalement en appartement sont particulièrement exposés aux puces de parquet, dont les larves peuvent incuber un an dans le bois avant de coloniser le pelage. La tique, qui se trouve quant à elle dans les forêts et dans les jardins, peut transmettre des maladies canines graves, comme l'ehrlichiose et la maladie de Lyme.

    PRÉVENIR LES PARASITES

    Repérer la présence d’insectes indésirables sur son animal n’est pas chose aisée : la découverte de petites boules noires - qui sont en réalité des excréments - indiquent que votre animal est porteur de puces. S’il se gratte, ou si vous observez des pertes de poils sur le ventre, le dos, et l'extrémité des pattes, il est temps de le traiter.

    Pour les tiques, c’est plus facile puisque l’insecte est plus gros : il suffit d’observer attentivement l’animal ou de passer soigneusement la main dans ses poils pour sentir leur présence boursoufflée sous vos doigts. Trois jours étant suffisants à la tique pour transmettre une maladie, il faut la retirer le plus vite possible en faisant attention de bien la saisir en entier, tête comprise (à l’aide d’une pince à épiler ou d’une pince à tique que vous tournez sur elle-même sans tirer jusqu'à ce la tique se décroche). Un vaccin contre la piroplasmose (maladie de la tique) existe : renseignez-vous auprès de votre vétérinaire.

    En cas de contamination par des parasites, les conséquences pour votre compagnon seront moins désagréables si vous lui avez administré un traitement préventif, appliqué dès la fin de l’hiver, acheté en pharmacie ou chez un vétérinaire. Collier, spray ou diffuseur, de nombreux formats existent. Il faudra également veiller à traiter les paniers, les tapis, les fauteuils, ainsi que tous les lieux auxquels l’animal a accès. Ne différez pas cette tâche : une fois sur l’animal, la puce pond jusqu’à 100 œufs par jour !

    GRAND MÉNAGE DE PRINTEMPS

    Cette période est souvent l’occasion de procéder à un grand nettoyage ; il est plus que probable que votre animal mue et que les poils envahissent votre environnement. N’hésitez pas à procéder à des brossages réguliers… qui auront en outre l’avantage de vous aider à mieux détecter les parasites. S’il est recommandé de laver son chien de temps en temps afin de le débarrasser des poussières et des problèmes de peaux divers, il faut également savoir que les bains en trop grand nombre abîmeraient son épiderme. Si votre animal est particulièrement réticent, un gant humide passé sur son pelage fera amplement l’affaire.

    Pour les chats, c’est plus simple : ils sont naturellement propres et font une toilette quotidienne. Toutefois, en période de mue, un chat peut absorber en se léchant, une grande quantité de poils qui peut se révéler dangereuse et provoquer une occlusion. Un brossage régulier permettra d’empêcher cet accident.

    Et n’oubliez pas : votre animal peut lui aussi être concerné par des réactions allergiques, à l’instar de la dermatite. N’hésitez pas à vous rendre chez votre vétérinaire pour un check-up complet.

    LA NATURE, UN DANGER

    Au printemps, tout fleuri ! Mais attention pendant vos balades, les petits corps végétaux, comme les épillets, qui s’accrochent au pelage et se logent parfois dans les yeux et les oreilles… ont des conséquences parfois sévères. Un brossage quotidien est fortement conseillé, ainsi qu’une inspection du pelage après chaque promenade notamment pour les chiens et les chats dotés de poils longs.


    4 commentaires
  • L'été arrive

    Il faut savoir que nos loulous transpire pas comme nous.

    Leur manière à a eux de réguler leur température est l'halètement cela leur permet de maintenir une température corporel à un niveau raisonnable .

    Pour cette raison les loulous ne supportent moins bien la chaleur que nous .

    Que faire pour les aider ?

    Le mettre dans la pièce la plus fraîche de la maison(ou il y a du carrelage)

    Lui mettre un ventilateur.

    Le doucher de temps en temps ( attention pas trop froide  la douche il faut comme nous diminuer progressivement la température car risque d'hydrocution ou malaise)

    Le vaporiser régulièrement avec un spray brumisateur.

     


    votre commentaire
  •  

    POURQUOI LE CHIEN S'ADONNE-T-IL À DES ACTIVITÉS À VIDE ?


    Le mal-être qui va mener à la dépression avec des comportements que l'on va qualifier de bizarres, comme se retirer dans un coin complètement indifférent au monde...comme se retirer dans un coin complètement indifférent au monde, se ronger les ongles, se lécher les pattes ou le corps, boire sans arrêt, se plaindre sans justification, refuser de s'alimenter ou manger sans arrêt, tourner sans interruption sur lui-même... L'activité à vide fait apparaître un comportement sans aucun déclencheur, par exemple la prédation et l'alimentation sans proie. Simuler l'enterrement d'une proie sur le carrelage... Une activité de déplacement ou de dérivation peut être due à un blocage d'ordre physique ou social, cela permet de résoudre un conflit donc d'évacuer une tension. La dépression et le comportement du chien qui a peur d'un coup de feu et hésite entre fuir ou aboyer, peut se mettre à se toiletter ou à manger de l'herbe. Des causes pas toujours évidentes. Il faut commencer par une visite vétérinaire accompagnée d'examens afin d'éliminer des pathologies comme une tumeur ou des troubles endocriniens. Si les résultats sont négatifs, il faudra se livrer à une petite enquête auprès de la famille afin de découvrir l'origine de ce déséquilibre qui peut être générateur de troubles graves. Un accident de voiture, ou tout autre traumatisme qui touche à la sensibilité comme tout simplement le fait de s'être fait attaquer par un congénère de manière brutale.
    Certains chiens de « travail », subissent des traitements brutaux, y compris avec le collier électrique, ce qui engendre un état de détresse acquise, une angoisse permanente d'où il ne peut s'échapper ; alors il va tourner en rond, aboyer, se mordre les pattes, etc. Un changement de milieu où le sujet se retrouve dans un endroit où il n'a plus ses repères habituels, par exemple la mise en chenil pour le chien de famille que l'on ne peut emmener en vacances. Des modifications dans la structure sociale du groupe comme l'arrivée d'un enfant qui va prendre la place du chien dans la vie affective des parents, le décès du maître, un divorce. Le fait d'avoir partagé toutes les minutes de vie des maîtres pendant les vacances, dormant près du lit dans le camping car et se retrouvant soudain seul dans la maison lorsque ceux-ci reprennent le travail. Le chien qui a été trop gâté, considéré souvent comme un enfant, chez qui on a omis de pratiquer le détachement obligatoire vers 5 mois...
    Pour cerner l'origine du problème, une fois les causes pathologiques éliminées par le vétérinaire, on peut utiliser ma « fiche d'évaluation comportementale ». Certains sujets sont plus sensibles, soit par le fait de la race sélectionnée sur des critères esthétiques, par un élevage où il manque des stimulations, chez la chienne qui attend des petits, à la puberté, chez celui qui est malade avec des défenses immunitaires en baisse. Il faut savoir que ces comportements répétitifs sont issus du répertoire comportemental normal, comme les rituels ou le comportement de toilettage, par contre ils sont exagérés considérablement. L'état dépressif, des réponses émotionnelles qui se dégradent... Un des signes les plus évidents est l'activité de substitution. C'est un comportement qui peut être éthologiquement correcte, c'est une soupape pour évacuer un stress dans une situation conflictuelle. Par exemple, s'il hésite à se soumettre ou à attaquer face à un congénère ou à un humain, il peut se mettre à se gratter, à se lécher ou à faire une invite au jeu. Le léchage, par exemple en présence des maîtres, peut être une demande d'attention de leur part. Cette activité spontanée qui ne correspond pas à la situation ne deviendra alarmante que si elle devient répétitive.
    Les canidés sauvages enfermés dans un zoo vont continuellement se déplacer selon le même schéma, par exemple sauter sur la grille, marcher jusqu'au bout de la cage, revenir par le même trajet et sauter à nouveau. Le cheval enfermé dans son box aura des tics comme se balancer, ronger du bois, avaler de l'air, etc. Chez les humains on appelle cela des tocs, c'est-à-dire des Troubles Obsessionnels Compulsifs (se ronger les ongles). Chez le chien les principales activités de substitutions sont : se ronger les griffes (cela peut aller jusqu'à l'amputation du doigt), chercher à manger le plus souvent possible (on sait que c'est surtout le chien des villes qui n'est pas assez stimulé qui va calmer son angoisse ainsi, d'où l'obésité !). Boire souvent, encore un moyen de calmer l'angoisse (il va se coucher près de sa gamelle d'eau et boire continuellement), une ingestion de plus de litres d'eau. Tourner en rond pendant plus d'une heure au risque de se blesser. Léchage de l'anus. Léchage du flanc. Faire des trous partout dans le jardin. Mordiller ce qui est à sa portée et même l'avaler...
    COMMENT PROTÉGER SON CHIEN ?


    La prévention et la correction Faire mener au chien une vie saine et équilibrée en le préparant depuis le plus jeune âge aux conditions de vie humaines qui ne sont pas toujours naturelles ! Il faut penser en canidé et non en humain, sinon on va accumuler les erreurs sans s'en apercevoir, en croyant faire pour le mieux. Dans ce type de trouble anxieux, on ne doit jamais utiliser la punition ou même les appareillages de contention comme la muselière ou la collerette pour le léchage, l'attache ou l'enfermement dans un box pour le tournis, sinon on aggrave le problème. Le chien a besoin d'une hiérarchie, une autorité obligatoire qui le rassure.
    Attention de ne pas confondre autorité librement consentie, car elle est juste, et brutalité et douleur qui stressent. En cas d'hyper-attachement, pratiquer l'isolement social progressif pour rendre plus claire la hiérarchie. Il lui faut des stimulations. Un loup qui vit à l'état sauvage ou un chien de berger qui parcourt une cinquantaine de kilomètres dans sa journée, n'ont pas de tels problèmes. Donc, des sorties en liberté au moins une heure par jour, des jeux, des exercices de concentration avec réussite comme le pistage. Il a besoin de continuer dans son mode d'existence. Il exige de prendre le plus possible de repères dans l'environnement où il vit. Si vous devez le laisser en chenil, faites-lui connaître l'endroit progressivement en l'associant avec de l'agréable.

    Le mal-être.


    votre commentaire
  •  

     

    Pour nos bébés 


     Le couchage

    Lieu de couchage et refuge sûr, le panier possède une importance forte pour le chien. Le panier du chien est bien plus qu’un lieu de repos. Il a une valeur sociale forte et représente un refuge que tous doivent respecter. Le manquement fréquent à certaines règles est source de troubles de cohabitation et, son corollaire, de morsures.

     

    Bien le choisir


    Corbeille, couffin, tapis, matelas, coussin, niche… Tout ce qui peut matérialiser un couchage au sol peut faire office de « panier » à condition qu’il soit confortable et facile d’entretien. Il doit être adapté à la taille du chien, ce qui peut paraître une lapalissade mais qui n’en ait pas une !  


    Le chien doit pouvoir se mettre « en boule » : si son panier est trop petit, son sommeil ne sera pas de qualité et il ira dormir ailleurs. Si, ce qui est assez classique, le panier est trop grand, le chien peut ne pas se sentir en sécurité et se mettra en boule dans un coin.


    Il y recherche la chaleur et la protection physique. C’est pourquoi les paniers à rebord (corbeilles, couffins) ou les niches sont conseillés pour les chiens anxieux. De même, les couffins « fermés » type tipi rassurent les chiots qui passent de meilleures nuits et, semblerait-il, deviennent propres plus vite.


    Les matériaux choisis doivent pouvoir résister aux dents et aux griffes d’un carnivore mordilleur qui aime gratter sa couche. Pour les seniors aux articulations douloureusesun matelas moelleux est préférable à une corbeille avec rebords.


    Sa place


    L’emplacement de la couche est stratégique car il indique le statut hiérarchique du chien dans la famille. 


    18 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique
https://www.google.fr/url?sa=i&rct=j&q=&esrc=s&source=images&cd=&cad=rja&uact=8&ved=2ahUKEwjC-NjugsjhAhWTA2MBHUCcBj8QjRx6BAgBEAU&url=http%3A%2F%2Ffrancheska45.centerblog.net%2Frub-gifs-animes-soleil--3.html&psig=AOvVaw2K4JHOezsoauJS4cQ-ZU43&ust=1555071469091606