• Lectures

     

    L’extermination du loup de Yellowstone

    A la fin du 19e siècle, un programme d’extermination du loup a été lancé par le gouvernement américain. Ce canidé était accusé de massacrer le bétail.
    Mais, l’homme était entièrement responsable de ce nouveau comportement de prédation. En effet, après avoir massacré tous les bisons de la région, le loup se retrouvait sans proie. Il s’est donc rabattu, en  partie, sur le bétail domestique.
    L’homme a répondu à ce nouveau problème en dépensant des millions de dollars pour abattre, empoisonner et même brûler vif tous les loups de la région.

    Les parcs nationaux n’ont pas été épargnés par cette folie sanguinaire. Le parc national de Yellowstone a été créé en 1872 avec près d’un million d’hectares.
    Les gardes forestiers avaient comme mission de protéger la faune mais tout en assurant aux visiteurs la plus parfaite sécurité.
    Ils avaient donc pour ordre d’éliminer tous les prédateurs et notamment le loup.

    En février 1922, la dernière louve et ses 10 petits ont été abattus. En mai 1922, deux loups ont été tués dans une tanière.
    Le massacre s’est achevé avec le dernier loup tué en 1926.

    Loup de Yellowstone

    Loup photographié dans le parc de Yellowstone. By Direct Dish . Licence

    Quelques années plus tard, les biologistes ont commencé à se rendre compte que la population d’ongulés augmentait de manière incontrôlée.
    L’environnement se dégradait.

    Le seul prédateur qui pouvait réguler les populations d’herbivores avait disparu. Sans le loup, tout l’écosystème se trouvait déséquilibré.

    Réintroduction du loup à Yellowstone

    A partir des années 1950, quelques écologistes ont commencé à parler de réintroduction du loup mais sans être écoutés.
    Il a fallu attendre 1975 pour que l’administration du parc contacte John L.Weaver. Cet homme est à la base de la réussite de la réimplantation du loup gris.

    Parc de Yellowstone

    Parc de Yellowstone. By Allegri . Licence

    A la demande des autorités, il a parcouru pendant un an le parc afin de savoir si quelques loups avaient survécu.
    Il n’en a trouvé aucun.

    En 1978, il a conseillé aux administrateurs de réintroduire le loup dans l’écosystème de Yellowstone en y  transférant des loups canadiens.

    Cette proposition a déclenché la colère des propriétaires de ranchs locaux.

    Encore une fois, il a fallu attendre 1995 pour arriver à bout de toutes les barrières légales.

    Parc de Yellowstone

    Sans le loup, les herbivores prolifèrent à Yellowstone. By Tom J.Byrne . Licence

    Des scientifiques et des gardes forestiers ont capturé des loups canadiens et leur ont implanté des émetteurs afin de suivre leurs déplacements.

    Le 12 janvier 1995, les premiers loups sont arrivés à Yellowstone : 14 loups formant 3 meutes distinctes.

    L’impact positif des loups à Yellowstone

    Après avoir passé 10 semaines dans un enclos pour s’habituer à leur nouveau domaine, la première meute, constituée d’un couple et de leurs deux louveteaux, a été relâchée au cœur de Yellowstone.

    Bisons a Yellowstone

    Les bisons sont également protégés dnas le parc. By Savannah Grandfather . Licence

    Elle a passé sa première journée à se reposer puis, à la nuit, elle est partie en chasse sur cet immense territoire encore inconnu.
    Elle a parcouru chaque jour près de 20 km en tuant un élan tous les 3 ou 4 jours. Elle ne s’attaquait qu’aux individus malades ou âgés.

    Loups qui viennent de tuer un ongulé

    Loups qui viennent de tuer un ongulé à Yellowstone. By Emerald isle druid/ Patrick Bell . Licence

    Ainsi, les individus sains peuvent continuer à se reproduire tout en assurant une bonne qualité génétique.

    Après l’installation des 3 meutes, la population d’élans a diminué d’environ 20%. Cette population, sans prédateur, avait atteint les 40 000 têtes.
    Cette régulation a renforcé la bonne santé des troupeaux et a diminué la pression sur l’environnement.

    Loup de Yellowstone

    Le loup peut aujourd'hui vivre en sécurité au sein du parc. By Justin Brockie . Licence

    De nombreuses espèces ont bénéficié de la réintroduction du loup. On a pu observer une augmentation de la population de renards roux et de pygargues à tête blanche.
    Ces animaux, comme la pie, le corbeau ou le coyote, ont pu se nourrir des carcasses laissées par les loups.

    Le parc de Yellowstone ressemble aujourd’hui beaucoup plus à ce qu’il était il y a 200 ans avant l’arrivée de l’homme.

    Coyote à Yellowstone

    Le coyote a bénéficié de la réintroduction du loup à Yellowstone. By Travelinknu . Licence

    Depuis 2002, on compte 10 meutes de loups dans le parc.

    L’homme a enfin compris que les prédateurs, comme le loup, jouent un rôle irremplaçable dans l’équilibre naturel de l’écosystème.
    Au sommet de la chaîne alimentaire, Canis lupus joue son rôle de régulateur des ongulés et permet à d’autres espèces de survivre.

    Lectures

    Lectures

     

     

    Ami fidèle et compagnon dévoué, le chien est plus qu’un animal domestique.

     Aux Etats-Unis dans l’Etat du Michigan, un brave chien a sauvé la vie d’un bébé de la noyade.

    Patricia Drauch est mère d’un bébé âgé de 14 mois, Stanley, et propriétaire d’un Labrador noir nommé Bear. La jeune mère marchait vers son garage pour chercher des outils de jardinage lorsqu'elle a remarqué que son fils ne la suivait plus et qu’elle l’avait perdu de vue. Paniquée, Patricia a couru vers l’arrière du jardin pour voir si son fils y était.

    La femme de 30 ans s’est affolée en voyant son bébé qui flottait dans la piscine de leur maison. En se précipitant vers son fils pour le faire sortir, et à sa grande surprise, elle découvrit que Bear, le chien de la famille, maintenait Stanley sur le dos pour qu’il ne coule pas.

    Le chien n’a pas bougé et restait dans l’eau équilibrant le bébé jusqu’à ce que Patricia les atteigne. La mère a immédiatement emmené Stanley aux urgences car il ne respirait plus, mais heureusement, le petit enfant va bien et a pu quitter l'hôpital plus tard dans la journée.

    Une belle histoire qui finit bien grâce à l’intervention du  chien. Ce n'est pas la première fois, et certainement pas la dernière, qu’un chien sauve la vie d’un être humain. Ces animaux incroyables sont d'un courage illimité lorsqu'il s'agit de protéger leurs proches. Une démonstration de loyauté et de bravoure qui prouve encore une fois que le chien est le meilleur ami de l’homme.

    Lectures

     

    Voici une vraie découverte scientifique...

    qui ne devrait pas étonner les possesseurs de chiens : ces quadrupèdes sympathiques emmagasinent des souvenirs à la manière des humains. En particulier, ils possèdent une mémoire épisodique, c'est-à-dire une mémoire affectivo-évènementielle enregistrant automatiquement les souvenirs d'expériences subjectives et qui, à l'occasion d'un déclencheur, reviennent involontairement à la conscience.

    La mémoire épisodique joue un rôle essentiel dans la construction du "récit intérieur" des individus car elle relie affectivement les instants de la vie, offrant ce sentiment d'unité intérieure malgré le flux de temps. Or jusqu'ici on n'attribuait de mémoire épisodique qu'aux primates... Ces résultats remettent ainsi en question certains dogmes scientifiques hérités du XXe siècle.

    "Fais comme moi"

    L'expérience a consisté à entrainer 17 chiens à l'exercice "Fais comme moi" bien connu des éleveurs où le chien apprend (avec le système de récompense) à imiter les actions de son maître quand celui-ci lui ordonne ("vas-y !"), jusqu'à ce qu'ils s'habituent à répondre naturellement à l'ordre, sans récompense.

    En un deuxième temps, les chiens ont été entrainés à... ne pas imiter les actions du maître et rester assis, quoique fasse celui-ci - hormis un ordre explicite.

    "Vas-y"

    C'est à la suite de ce dernier entrainement que l'expérience a démarré : le chien est assis, le maître fait une action - comme toucher un parapluie ouvert posé sur le sol  - et repart avec le chien loin de l'objet de sorte qu'il ne soit plus dans le champ visuel.

    Une heure après, le maître revient avec le chien sur les lieux, le chien s'assoie (comme il a appris à le faire) et le maître lance "vas-y !". Alors, le chien se lève, avance et touche avec sa patte le même petit coin de parapluie. 

     

    Les chiens tels les humains.

    Le chien ne s'était pas préparé à agir... mais l'ordre ultérieur lui a rappelé la scène, selon les chercheurs. Un exemple de mémoire épisodique, car le chien n'avait aucune motivation consciente pour retenir durant une heure le geste du maître. Un souvenir sans cause volontaire.

    Outre la révision du modèle cognitif des chiens, encore très marqué par le behaviorisme radical et le pavlovisme des années 1900-1950, ces résultats ont conduit les chercheurs à considérer, d'une part, que l'expérience pourrait servir à tester l'hypothèse de la mémoire épisodique sur de nombreux autres animaux "entrainables", d'autre part que le système cognitif canin serait un "modèle animal" adapté à l'étude de la cognition humaine.

    Une croquette en guise de madeleine

    Un effet "madeleine" donc, en allusion à la madeleine de Marcel Proust, le morceau de littérature ayant le mieux décrit la mémoire épisodique, avec une finesse toute clinique. Si l'on remplace la madeleine par une croquette, peut-être que la subjectivité canine se retrouverait dans cet écrit...

    Dans le doute, lisez cet extrait à votre meilleur ami canin : "Et bientôt, machinalement, accablé par la morne journée et la perspective d'un triste lendemain, je portai à mes lèvres une cuillerée du thé où j'avais laissé s'amollir un morceau de madeleine. Mais à l'instant même où la gorgée mêlée des miettes du gâteau toucha mon palais, je tressaillis, attentif à ce qui se passait d'extraordinaire en moi. Un plaisir délicieux m'avait envahi, isolé, sans la notion de sa cause [...].

    "Et tout d'un coup le souvenir m'est apparu. Ce goût c'était celui du petit morceau de madeleine que le dimanche matin à Combray [...], quand j'allais lui dire bonjour dans sa chambre, ma tante Léonie m'offrait après l'avoir trempé dans son infusion de thé ou de tilleul. La vue de la petite madeleine ne m'avait rien rappelé avant que je n'y eusse goûté [...]"

    Lectures

    CHIENS

    Question véto : un chien peut-il avoir un rhume ?

     

    La réponse en vidéo du docteur Suzy Valentin, de la clinique vétérinaire Advetia.

     

    Un chien dans la neige. Au bout du chemin, un rhume ?

     

    Pour les chats, ça y est, nous savons déjà : "Il n'y a pas de virus du rhume chez cet animal ce qui ne veut pas dire pour autant qu'il ne puisse pas avoir la goutte au nez ! Mais les chiens ? Peuvent-ils avoir un rhume ?

    Un problème de coagulation peut provoquer des saignements de la truffe du chien

    "Le chien a tendance à faire des rhinites allergiques" explique dans cette nouvelle vidéo le docteur Valentin. Les toutous peuvent aussi bien souvent se retrouver avec des corps étrangers - des brins d'herbes, par exemple - coincés dans la truffe (pareille mésaventure survient moins souvent chez le chat), ce qui leur cause des irritations des naseaux"Il y a une cause qui est à part et n'est pas due à des problèmes locaux dans le nez, précise le médecin. Ce sont des problèmes de la coagulation. Ce peuvent être des maladies qui produisent des saignements de la truffe chez le chien".

     "Chiens et chats quels régimes pour les faire maigrir", "Démangeaisons du chien : quand consulter un véto symptômes?", "Otite du chien : définition,traitement", "Chiens et chats : est-il dangereux de leur donner du chocolats", "Les chiens et les chats ont-ils des dents de lait ?", ou encore "Ces plantes toxique pour les chiens et les chats ?".

     

     

    Lectures

    Les démangeaisons chez le chien

     

     

    Le chien peut se gratter pour différentes raisons

     

    Les démangeaisons (ou prurit) sont généralement mais improprement appelées eczéma. Il s'agit d'une des causes les plus fréquentes de consultations dans les cabinets vétérinaires. En se grattant, votre chien peut se provoquer des rougeurs, des pertes de poils, des petits boutons. Quelles en sont les causes et que faire pour stopper ces démangeaisons ?

     

    Quelles peuvent être les causes des démangeaisons chez le chien ?

    Les parasites

    Les piqûres des puces sont la principale cause de démangeaisons chez le chien. Les puces sont difficiles à éliminer, parfois invisibles et surtout, une seule piqûre peut provoquer des démangeaisons importantes dues à une réaction allergique très importante.

    D'autres parasites sont également responsables de démangeaisons : les aoûtats et les cheylétielles. Les produits anti-puces de dernière génération (Frontline par exemple) sont aussi efficaces contre ces parasites en application locale.

    Les gales du corps peuvent aussi entraîner des démangeaisons, mais elles sont rares chez le chien.

    Un parasitisme digestif important par des vers peut entraîner l'apparition d'un grattage intense. Il faut donc vermifuger très régulièrement votre chien (tous les six mois au minimum).

    Les allergies

    Il existe différents types d'allergies chez le chien.

    La dermatite allergique aux piqûres de puces est la cause principale d'allergie chez le chien. Elle est appelée Dapp dans notre jargon. Cette allergie à la salive de puce entraîne des plaques rouges et des démangeaisons. Parfois, ces plaques peuvent s'infecter car le chien les gratte avec ses griffes qui peuvent être sales. Ce qui peut causer une infection cutanée assez longue à soigner. De plus, une seule piqûre suffit souvent à déclencher une crise de grattage frénétique et l'apparition de plaques.

    L'atopie, ou dermatites atopique est une prédisposition à faire des allergies envers plusieurs allergènes (substance responsable de la mise en route des manifestations allergiques), généralement inhalés (acariens de poussière, pollens).

    L'allergie alimentaire est due à des allergènes ingérés dans la ration.

     

     

    L' allergie de contact, qui n'est pas vraiment une allergie mais une sensibilisation de la peau au contact de diverses substances (produits ménagers, certains pigments des gamelles en plastiques), doit également être évoquée.

    Le conseil de l'expert Advance  :

    Si votre chien est sensible d'un point vue dermatologique, s'il se gratte très souvent, que sa peau est souvent irritée, votre vétérinaire pourra vous conseiller un aliment adapté. Attention : pour ces chiens sensibles il ne faut pas donner n'importe quelle friandise.

    Advance a développé pour les chiens sensibles de la peau des friandises hypoallergéniques : Hypoalergenic snack Ces friandises sont faites avec des protéines 100% hydrolysées et une source de glucides unique purifiée pour limiter les risques d'allergie et garantir une bonne digestibilité.

    Découvrez ces  snak pour faire plaisir à votre chien sensible.

    Une pyodermite

    Il s'agit d'une infection bactérienne de la peau qui peut avoir des origines variées : allergie, présence de parasites, irritation de la peau, problème hormonal ou être primitive.

    Les troubles comportementaux

    Parfois, certains chiens stressés ou hyper-sensibles ont des crises de démangeaisons frénétiques, qui peuvent aller jusqu'à l'automutilation.

    Il convient alors de soigner le problème comportemental, mais aussi le problème de peau car le chien se gratte tant que ses lésions ne sont pas guéries.

     

    Que faire si votre chien se gratte ?

    En première intention

    Tout d'abord, il convient de traiter, afin de se débarrasser pour longtemps des puces, régulièrement tous les animaux du domicile (chiens et chats) avec un produit Anti puces c'est-à-dire qui tue les puces adultes (Frontline en spray ou en pipettes par exemple).

    De plus, pour se débarrasser complètement des puces, il faut également traiter l'environnement . Sachez que le frontline combo permet de traiter l'animal mais aussi l'environnement en empêchant les oeufs et larves d'éclore.

    Afin d'effectuer ce traitement, il existe plusieurs types de produits : des sprays à pulvériser directement sur les endroits de prédilection de votre chien (fauteuil, panier) ou des bombes auto-diffusantes ; ces produits détruisent les œufs et les larves de puces.

    Et si cela ne suffisait pas ?

    Si les traitements anti-puces ne suffisent pas, il faut alors tenter de trouver l'origine des démangeaisons de votre chien.

    Pour cela, une visite chez le vétérinaire s'impose. Ce dernier l'examinera attentivement et effectuera des examens complémentaires comme des raclages cutanés, un régime d'éviction ou encore des tests intradermiques afin de trouver l'origine des démangeaisons.

    Puis, selon les résultats des examens complémentaires, le vétérinaire prescrira le traitement adapté.

     

    Lectures

    L'OTITE CHEZ LE CHIEN : SYMPTÔMES ET TRAITEMENTS

    Otite du chien : symptômes et traitement.

    Le chien aussi peut être affecté par une otite. Il s’agit d’une infection du conduit auditif externe qui peut avoir plusieurs causes. L’otite sera donc traitée différemment selon les cas.

    Lorsque votre chien semble souffrir d’une ou des deux oreilles, lorsqu’il se gratte ou secoue la tête, vous devez vous en préoccuper et en parler à votre vétérinaire pour faire un diagnostic et entamer un traitement adéquat.

    Les 4 grands types d’otites chez le chien

    Les otites infectieuses (bactériennes et/ou mycosiques)

    Il s’agit d’otites provoquées par des coups de froid ou bien par un manque d’aération du pavillon de l’oreille. Dans ce dernier cas, les bactéries se développent car il y a macération dans l’oreille. Les chiens les plus exposés sont ceux qui possèdent des oreilles tombantes (cockers, lévriers, labradors…) ou bien les petits chiens (caniches, bichons, yorkshire…) qui, souvent, ont des poils qui poussent dans les conduits auditifs.

    Des champignons microscopiques sont à l’origine de ces otites. Ils peuvent s’installer chez n’importe quel type de chien. Ces otites peuvent devenir chroniques, et s’installer à la faveur d’un autre type d’otite mal soignée par exemple.

    Les symptômes de l’otite infectieuse du chien : Ces otites sont douloureuses, il faut donc voir un vétérinaire rapidement. Le chien se plaint, se gratte l’oreille ou secoue la tête.

    Les otites parasitaires

    Celles-ci s’appellent aussi la gale des oreilles (forme la plus courante). Elles sont causées par un parasite, sorte d’araignée microscopique qui se développe dans l’oreille en se nourrissant de cérumen.

    Les symptômes de l’otite parasitaire du chien : Vous pouvez vous-même découvrir ce type d’otite car elle se caractérise par des croutes sombres dans le conduit auditif. Le chien se gratte violemment en gémissant car les démangeaisons sont intenses.

    Attention ce type d’otite est très contagieux entre animaux, mais heureusement l’homme ne peut pas en être affecté.

    Les otites allergiques

    Comme leur nom l’indique, elles sont relativement fréquentes chez les chiens allergiques.

    Les symptômes de l’otite allergique du chien : Elles aussi sont repérables car des rougeurs apparaissent à l’extérieur de l’oreille ainsi que des dépôts de cérumen épais et très odorant. Compte tenu de l’origine de ces otites, elles peuvent « revenir » souvent et un traitement sérieux ne s’envisage que sur le terrain allergique général du chien.

    Les soins et traitements de l’otite chez le chien

    Les traitements classiques de l’otite reposent sur l’application de crèmes dermatologiques pour la partie externe de l’oreille, de gouttes antibiotiques à introduire dans le conduit auditif du chien (bien nettoyer les oreilles auparavant) et éventuellement de comprimés.

    Ces soins ne sont pas forcément bien acceptés par le chien, surtout les gouttes dans les oreilles. Il est néanmoins essentiel que vous puissiez suivre strictement le traitement pour garantir une guérison totale à votre chien.

    Une fois que les gouttes auront été introduites dans le conduit, laissez agir un moment et permettez à votre chien de se secouer la tête. Cela permettra de bien répartir le produit et surtout de le faire ressortir de l’oreille du chien en entrainant le maximum d’impuretés.

    A ce moment vous pourrez récupérer l’ensemble à l’aide d’un coton ou d’une lingette humide.

    N’utilisez pas de cotons-tiges qui risqueraient au contraire d’enfoncer et des bloquer les impuretés au fond du conduit, avec les risques d’inflammation et d’irritations que cela peut impliquer.

     

    Lectures

    Histoire de loups et chiens